Séparation de A antérieur et de A postérieur

L'articulation de A se caractérise en occitan par une tendance a devenir O. Mais les réalisations sont variées.

Pour ce qui est des parlers de l'Yssingelais, il semble que l'on ait une règle générale qui est que, à chaque fois que A est devenu final (avant le 12° siècle), il est devenu postérieur et a évolué vers O. C’est une caractéristique que l’on attribue généralement aux parlers arpitans, mais le traité de grammaire d’Uc Faidit, au 13° siècle, indique que A de pa(n), ma(n), … est un A estreit, c’est-à-dire un A fermé, proche de O.

Voici comment ce schéma général a abouti dans le patois de Sainte-Sigolène

A posttonique

pena [ ’pøn(ɔ) ] / [ ’pøn(å) ] « peine », messa [ ’mø:s(ɔ) ] / [ ’mø:s(å) ] « messe», letra [ ’løtʀ(ɔ) ] / [ ’løtʀ(å) ] « lettre », femna [ ’fn(ɔ) ] / [ ’fn(å) ] « femme »

A Sainte-Sigolène, suivant les personnes, A posttonique final a deux prononciations, c'est soit [ ɔ ] ou [ å ], [ ɔ ] peut même tendre vers [ o ]. J'alignerai le plus souvent la notation phonétique sur [ ɔ ]. Indiquons aussi qu'il y a une tendance à ne pas prononcer les posttoniques, ce que je représente par des parenthèses.

Dans le cas de AS posttonique, S n'est pas prononcé, A est [ a ], et il est nettement moins faible que A posttonique. Nous reviendrons plus en détail sur le cas de S final, et nous verrons qu'il n'est jamais articulé :
vachas [ ’vatsa ] « vaches », femnas [ ’fna ] « femmes ».

Les parlers arpitans ont depuis leur origine ES à la place de AS posttonique. On a ainsi les formes classiques arpitanes la femna / les femnes. Sainte Sigolène est ici aussi en zone occitane, mais Bas-en-Basset a sur ce point le traitement arpitan que l’on trouve également dans la charte de Saint Bonnet le Château au 13° siècle : femna / les femnes, ES étant maintenant prononcé EI.

Dans le cas de ÀA des formes comme passaa [ pas’a ] « passée », civaa « avoine », muaa « orage », buaa « lessive », ratapenaa « chauve-souris », alaa « flambée », annaa « année », … A posttonique a fusionné avec A tonique.

A posttonique nasal est [  ] : parlan [ 'paʀl ] « ils parlent », parlèran [ 'paʀlɛʀ ] « ils parlèrent ». Il est nettement moins faible que A posttonique non nasal.

A tonique

Il faut distinguer le cas où A tonique est final du mot des autres cas, c'est à dire le cas de A postérieur et le cas de A antérieur.

Dans le cas de A final, c'est à dire de A postérieur ( ), il est [ ɔ ] / [ å ] dans le cas de YẠ , ẈẠ, WẠ , ainsi que pour les formes conjuguées : parlará [ paʀla'ʀɔ ] « il parlera », miá [ mjɔ ] « mienne », viá [ vjɔ ] « vie » , … Dans les autres cas, on a [ o ], cette prononciation s'étend à tout A devenu final anciennement, avant le 12° siècle : passa(t) [ pa'so ] « passé », pra(t) « pré » [ pʀo ], pa(n) [ po ], bla(t) [ blo ] «blé », Sant-Roma(n) [ sʀu’mo ], …

Suivi de S, A tonique est [ a ], mais les pluriels sont ici généralement alignés sur le singulier, cette distinction est donc devenue obsolète, sauf pour un cas identifié, pra(t) : lo pra(t) [ lø'pʀo ], los pra(t)s [ lu:'pʀa ].

Dans le cas de A antérieur, on a [ a ] : lana [ 'lan(ɔ) ] « laine », planc [ pl ] « plancher », … Quand il est devenu final au cours du roman IV, A suit le schéma de A antérieur : Grasac [ gʀa'za ] « Grazac », sac [ sa ] « sac », chat [ tsa ] « chat », parlar [ paʀ'la ] « parler », sal [ sa ] (fém.) « sel », anatz [ a'na ] « vous allez »

A prétonique

Il est prononcé [ a ] : matin [ ma'tji ] « matin », chantar [ ts'ta ] « chanter », … (d'autres études sur notre secteur ont indiqué qu'il s'agit de [ å ], mais j'entends [ a ]).

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016     /     [ Télécharger l'ouvrage ]


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexique occitan du nòrd-èst Velay
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dilús 22 de julhet de 2019
sèis oras manca tretze
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus