Disparition du système de cas

Le latin classique distinguait plusieurs cas,
-       nominatif, sujet ou attribut du sujet : « La rose est belle »
-       vocatif : apostrophe, interjection : « Rose, tu es belle ! »
-       accusatif : complément d’objet direct : « J’offre une rose »
-       génitif : complément de nom : « Il est l’ami d’une rose »
-       datif : complément d’objet indirect, ou second « Il donne de l’eau à la rose »
-       ablatif : complément circonstanciel : « Il y a une abeille sur la rose »

En latin parlé, le nombre de cas s’est réduit. Au début de l’époque romane, les parlers romans avaient parfois gardé un reste du système des déclinaisons latines qui était limité à deux cas, le cas nominatif (ou sujet) et le cas accusatif (ou cas régime) pour tout ce qui est complément du verbe. En occitan, comme en français, certains mots avaient deux formes différentes, ainsi sénher était cas sujet, senhor cas régime (français « sire » et « sieur, seigneur »), sartre/sartor, pastre/pastor; mais pour la plupart des mots, la distinction était marquée régulièrement par S. S jouait donc un double rôle, il marquait le cas, il marquait aussi le nombre.

Les textes conservent la distinction cas sujet et cas régime jusqu'à la fin du 13° siècle, mais il est possible que ces textes préservent une tradition ancienne. Quoi qu'il en soit, une réorganisation s'opère et nous la daterons de la période du roman III ; le système se simplifie et se limite à marquer le pluriel. La forme du pluriel généralise le S, et la forme du singulier le perd par réaction. Mais les mots pour lesquels il n’existait pas d’opposition singulier/pluriel restent à l'identique (mèlhs « mieux », temps « temps », noms de localité, …), et lorsqu'ils connaissaient une opposition cas régime/cas sujet comme nengu(n)/nengús, chaque parler a sélectionné l’une ou l’autre.

Dans cet ouvrage, afin de simplifier l'exposé des évolutions, j'utilise comme forme étymologique une forme artificielle amputée de la désinence, en particulier du S, qui devait disparaître plus tard, ainsi par exemple nous présenterons rivu ou riu comme étymon de riu au lieu de rivus ou rius.

Dengús « nulle personne »

Nous allons prendre cet exemple pour illustrer de façon plus attentive un aspect du maintien tardif de deux cas. Dengús est un mot très utilisé pour signifier « aucune personne », mais il n’a plus la valeur d’adjectif qu’il avait autrefois, « aucun ».  I a dengús « il n’y a personne »

Les formes occitanes les plus anciennes étaient negu(n)s et negu(n). Ces formes répondaient à une opposition cas sujet / cas régime; mais comme elles ne pouvaient pas s’inscrire dans le schéma singulier / pluriel, elles étaient toutes deux candidates pour prendre une unique place dans le nouveau système. De fait, on constate que c’est exactement ce qui s’est passé : les parlers occitans ont sélectionné soit negu(n) soit negu(n)s, et l’occitan moderne a deux variantes, dengu(n) et dengús.

Pour ce qui est du parler sigolénois, la prononciation actuelle ne permet pas de dire si nous héritons de dengu(n) ou de dengús puisque l’effacement de S final – que nous verrons plus tard - donne une prononciation identique dans les deux cas. Je prendrai pour hypothèse que la forme authentique est dengús en constatant que c’est cette forme qui est présente dans les parlers yssingelais qui conservent S final. Je signale ici que la prononciation ne suit pas les règles habituelles de notre parler que nous décrirons plus tard, on dit [ d'djy ] alors qu'on attendrait [ d'djy ].

Pour ce qui est du passage de neguns/negun à dengús/dengu(n), nous signalerons que ce n’est pas spécifique aux parlers occitans. On trouve denguno dans de nombreux parlers castillans, dengun en asturien, aragonais, tandis que la langue officielle castillane a ninguno : ninguno mujer « aucune femme » (avec bien entendu U prononcé [ u ] ). Le catalan présente les variantes suivantes : ningú, negú, degú, dengú, negú. On trouve des formes apparentées en arpitan, notamment en Forez où on on connaît lengun, mais il s'agit peut-être d'une poussée occitane ancienne aux dépens de neün.

Dans le même registre, l’occitan a res ou re(n). pour « rien », qui prolongent les deux formes latins res et rem « chose, objet ». Le patois sigolénois a ici re(n) , lequel est souvent remplacé par rian formé sur le français : ren de ren [ ʀø dø ʀø ] « rien de rien ».

La distinction de cas peut aboutir à une spécialisation de sens

Dans certains cas, la distinction de cas a pu aboutir à une spécialisation de sens. Nous allons l'illustrer ici avec l'aboutissement du suffixe latin ATORE, dont la forme cas sujet ātŏr a donné AIRE (« ère » en français) et la forme cas régime ătōre a donné ADOR (AOR pour l'occitan oriental, « eur » en français).

Exemple de spécialisation cas sujet / cas régime, parler sigolénois



R I

R II

R III

R IV

forme écrite

sujet singulier

lavātŏr
« celui qui lave, laveur »

lavadzre

lavaire

lavaire

lavaire

lavaire
« celui qui lave »

sujet pluriel

lavātŏres

lavadzres

lavaires

lavaires

lavairi

lavaires

régime singulier

lavătōre

lavadzore

lavadzor

lavar > lavòur

lavòu > lavèu

lavaor
« lavoir »

régime pluriel

lavătōres

lavadzores

lavadzors

lavaors > lavòurs > lavòrs

lavòri

lavaors

L'occitan utilise ainsi deux suffixes AIRE et ADOR là où le français a généralisé « eur » à la place du doublet « ère » / « eur » que l'on avait par exemple pour « trouvère » / « trouveur ». Il faut cependant dire que l'occitan moderne tend à privilégier AIRE comme suffixe pour former des nouveaux mots. Dans le cas du patois sigolénois, seul AIRE est vivant et peut servir pour des nouveaux mots. Il remplace même EIRE (vendaire pour vendeire, …). AIRE est particulièrement vivant en langue d'oc, où il sert non seulement à former des noms communs (sig. mocaire « moqueur », plaideaire « plaignant », machinaire « qui fait fonctionner une machine », portaire « porteur », etc … mais aussi des adjectifs (sig. de monde bolicaire « des gens remuants », … ); il se décline alors en nombre et en genre (AIRE, AIRA, AIRES, AIRAS). Cette dynamique de la langue d'oc a propagé le suffixe AIRE au delà de son aire d'origine, le Forez utilise parfois ce suffixe en l'adaptant phonétiquement en ÈRE.

Sèis chaçaires, sèis peschaires, fan dotze meissongèirs « six chasseurs, six pêcheurs, font douze menteurs »

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016     /     [ Télécharger l'ouvrage ]


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexique occitan du nòrd-èst Velay
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dilús 22 de julhet de 2019
sèis oras manca sèt
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus