Déplacement d'accent

Que devient l’accent quand la voyelle tonique devient consonne ?

Nous avons vu qu'une voyelle devient consonne quand elle est placée devant une voyelle plus ouverte, avec quelques exceptions comme clèia/cleá, rèia, corrèia, plèia que nous avons expliquées par la difficulté à articuler une consonne derrière CL/PL/R. La consonantification reste cependant la règle générale, et nous allons maintenant nous interroger sur ce que devient l’accent qui était porté par la voyelle. Le plus souvent, cet accent est passé sur la voyelle suivante, c'est le cas pour les formes conjuguées comme partiá « il partait », fasiá « il faisait », veniam « nous venions », … ou pour les participes féminins comme sortiá « sortie », chausiá « choisie », seguá « suivie », torçuá « tordue », secoguá « secouée », .... Peut-on en déduire qu’il s’agit d’une règle générale ? C'est ce que nous allons examiner.

Nous allons commencer par le cas de belha « étincelle », auquel nous associerons également culha « cueillette ». Le Velay podien a ici belija et culhida, et nous pouvons postuler que les anciennes formes dans l’Yssingelais étaient belia (ou bulia) et culhia. Pour quelle raison l’accent s’est-il porté sur la première voyelle ? Un scénario possible est que la voyelle I a été absorbée par L palatal avant de devenir consonne. Ces mots se sont alors alignés sur le schéma d’accentuation le plus courant : übelia > belhia > belha, üculhia > culha. Si nous acceptons ce scénario, cela signifierai que la palatalisation de L (übelia > belha) est antérieure au déplacement d’accent de type YÁ ; or nous savons qu’elle est effectivement ancienne.

Cependant, il y a d’autres mots qui ont connu un déplacement d’accent sur l’avant mais qui ne peuvent pas relever de ce scénario, ce sont órtia « ortie », éspia « épi », pèrsia « pêche (fruit) » (de persica, « qui vient de Perse ») (arp. pèrsi), bófia « vessie » , màntia « soufflet de forge », avèrtia « habitude ». Ces formes doivent nous questionner et nous inciter à pousser plus loin l’analyse. Prenons le cas de aigabelha (soupe à base d’ail), généralement doublement accentuée, parfois monoaccentuée. La forme antérieure ne laisse pas de doute, c’était aigabelhia qui est étymologiquement l’« eau bouillie ». Or, nous constatons aujourd’hui que le participe passé « bouillie » est rendu pas belhiá. La forme commune belhia a donc divergé en belha et belhiá. Il n’y a ici qu’une seule explication possible, c’est que belhiá est reconstruit sur l’infinitif belhir ou sur le masculin belhi(t). Dans le cas de aigabelha, le sens premier de « eau bouillie » a été oublié, le lien sémantique avec belhir étant rompu, belhir ne pouvait plus être un modèle pour aigabelhia. Bien entendu, on ne peut pas en déduire un déplacement systématique d’accent sur l’avant puisque la palatalisation de L+I a pu sortir aigabelha du schéma général. Mais ceci nous montre qu’il faut être prudent avec les formes ÍA > YÁ, elles sont suspectes d’être des reconstructions. On peut alors se demander si ce n’est pas le cas de partiá, amiá dont la syllabe finale a pu être accentuée sur le modèle fourni par partir/parti(t), amic, comme les conjugaisons fasiá, preniá peuvent être réorganisées autour du radical, tandis que órtia, éspia, pèrsia, màntia n’ont pas de partenaire qui puisse servir de modèle d’accentuation. Pour ce qui est de avèrtia « habitude », on peut penser que nous n’avons pas avertiá car le verbe avertir « habituer »  n’est pas connu à Sainte-Sigolène.

Cependant, nous avons au moins un contre-exemple où l'accent est passé à la fin alors sans que ce ne puisse s'expliquer par la consonantification, Fontarábia > Fontarabiá (hameau de Fontarabie), formé sur fonte « source » et rapida « impétueuse », désignant donc une source de fort débit.

Nous n’en avons pas tout à fait fini avec belhir; il nous faut indique que la prononciation est ici irrégulière car nous avons [ bø’ji ] au lieu de [ bi’ji ]. D’autre part, l’étymologie suppose bolhir ou bulhir.

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexic nòrd Velai-Vivarés
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dijòus 21 de feurièr de 2019
dètz oras e vint
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus