La diphtongaison de È et de Ò en roman I

Dès le roman I, les voyelles toniques romanes, longues par nature, ont tendance à se diphtonguer : l’articulation de la voyelle évolue au cours de son émission de telle sorte qu’on peut distinguer deux timbres successifs. La diphtongaison dont il est question ici ne concerne que les voyelles toniques È et Ò, elle ne se produit pas dans les mêmes conditions dans tout le domaine roman. C’est ici une des segmentations originelles de l’espace de la Romania. L’occitan ne connaît pas cette diphtongaison, cependant, elle apparaîtra plus tard dans un contexte plus restreint que nous verrons par la suite.

Il faut distinguer deux cas, le cas où la voyelle est libre, c’est à dire en fin de syllabe ou fin de mot, et le cas où elle est entravée, c’est à dire suivie par une consonne dans la même syllabe.


È et Ò ne se diphtonguent pas en roman I (position libre, parler sigolénois)

 

R I

R II

R III

R IV

forme écrite

dŏlĭu > dŏlu « douleur, chagrin »

dòlo

dòl

dòl

dòu > dèu

dòl
« deuil »

sŏror « soeur »

sòror

sòr

sòr

sòr

sòr

nŏve « neuf , 9 »

nòbze

nòu

nòu

nèu

nòu

ĕqua « jument »

ègua

èga

ègạ

ègạ

èga

pĕde « pied »

pède

pĕtra « pierre »

pèdzra

pèdzra

pèirạ

pèirạ

pèira

fŏco « feu »

fògo

fòc

fuòc > fòc

fòc > fyzòc > fyzò > fyò

fuòc

lĕpore « lièvre »

lèbre

lèbre

lèbre

lèbre

lèbre

ŏpera « oeuvre »

òbra

òbra

òbrạ

òbrạ

òbra

fĕmus « fumier »

fèmos

fems

fems

fems > fem [ f ]

fems

bĕne « bien »

bène

be

be

be [ bø ]

ben

Dans notre secteur, la limite entre les formes diphtonguées et les formes non diphtonguées correspond à la limite de langue entre occitan et arpitan. Le forézien a pie pour , qui peut être prononcé PI ou PYA, il a également fiems [ fjõ ] « fumier » (fiemo castillan), übĕne > bien [ bjõ ] « bien ».

Le parler sigolénois utilise be(n) et bian [ bj ], le second étant à l'évidence pris au forézien ou au français. Comme adverbe, bian a une nuance de sens par rapport à ben, bian indique « beaucoup » ou insiste sur l'intensité : aquò es ben aquò « c'est effectivement ça », vòle bian « je veux bien, certainement », vòle ben « j'accepte », me vòle ben enanar « j'accepte de partir », me despaitarai ben [ mø dipitaʀi'bø ] « je me débrouillerai, malgré tout », marca bian [ 'maʀkɔ bj ] « il présente bien », n-i a bian ? « y en a-t-il beaucoup ? »

En position entravée, la distribution de la diphtongaison dans l’espace roman est différente : Elle ne se produit pas en occitan; en français, elle se produit que dans les dialectes de l’est, dont le wallon, et en arpitan.


È et Ò ne se diphtonguent pas en roman I (position entravée, parler sigolénois)

 

R I

R II

R III

R IV

forme écrite

fĕsta « fête »

fèsta

fèsta

fèstạ

fè:tạ

fèsta

ŏssu « os »

òsso

òs

òs

òu > èu

òs

ĕrba « herbe »

èrba

èrba

èrbạ

èrbạ

èrba

vĕntu « vent »

vento

vent

vent

ven [ v ]

vent

tĕrra « terre »

tèrra

tèrra

tèrrạ

tèrạ

tèrra

tĕmpus « temps »

tèmpos

temps

temps

tem [ t ]

temps

hŏrtu « jardin, potager »

òrto

òrt

òrt

òr

òrt

pĕlle « peau »

pèlle

pèl

pèl

pèl

Le forézien a ici tĕmpus > tiemps [ tjõ ] « temps » (castillan tiempo), uert. On trouve également iviern, goviern en arpitan, là où l'occitan a ivèrn « hiver », govèrn « gestion, gouvernement »

Le patois sigolénois utilise tuèit [ tɛi ] « bientôt ; vite » qui semble être une forme arpitane (latin tŏstu « grillé, brulé », latin populaire « vite » ) : seguèt tuèit aquí « il fût vite là ». L'occitan a ici lèu, dont la forme locale serait leau/liau, forme que l'on a parfois dans l'Yssingelais : lèva-te liau « lève-toi vite ».


Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexic nòrd Velai-Vivarés
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dijòus 21 de feurièr de 2019
meijorn manca vint-a-nòu
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus