E peut être prononcé I

A Sainte-Sigolène, E peut être prononcée I. Ceci n'est pas inhabituel dans les parlers occitans, ainsi dans une bonne partie de l'Auvergne ( Brioude, Cantal), E est toujours prononcé I : negra [ 'nigʀa ] « noire », fe(n) [ fi ], … Mais pour l'est de Haute-Loire, le contexte est différent, nous allons essayer dans cet article d'éclaircir les conditions dans lesquelles cela se produit pour notre patois.

C'est le cas lorsque E est précédé ou suivi de Y : ieu [ jiu ] « je », « moi », i-ele [ 'jilø ] ou i-elo [ 'jilu ] « il », cleiá [ kli'jɔ ] « claie », neiar [ ni'ja] « noyer » (variante phonétique de near).

A ces exemples on ajoutera aussi LH intervocalique devenu Y : botelha [ bu’tij(ɔ) ], Marselha [ maʀ’sij(ɔ) ] « Marseille », manelha [ ma'nij(ɔ) ] « anse », esvelhar [ øivi’ja ] « réveiller », aurelha [ u’ʀij(ɔ) ] « oreille », selha [ ’sij(ɔ) ] « seille », valhent [ vajĩ ] « vaillant ». Avec l'exemple de selha, on remarque que S n'est pas chuinté, on ne dit jamais [ ’∫ij(ɔ) ], ce qui est contraire à ce que nous avons indiqué dans l'article précédent. On peut étendre ce constat aux autres consonnes qui devraient avoir une articulation palatale dans ce contexte : botelha, manelha, neiar, … Or nous avons vu que cette palatalisation est très contemporaine, cela veut dire que l'articulation dont nous parlons ne s'est totalement confondue avec [ i ] que très récemment. LH en fin de mot est effacé, E reste prononcé [ ø ] : parelh [ pa'ʀø ] « paire », montelh [ mũ'tø ] « monticule », artelh [ aʀ'tø ] « orteil » .

È reste toujours È dans ce contexte.

ENH

Il semble que E soit aussi articulé I devant NH ancien. En fait, cela se produit comme si on avait autrefois une voyelle Ẹ intermédiaire entre I et E, cette voyelle étant apparue devant la consonne palatale NH. Elle était peut-être aussi apparue devant LH, mais l'évolution plus récente de E au contact de Y a recouvert toute éventuelle autre articulation antérieure.

Je pense qu'il est nécessaire de remonter à des formes anciennes pour comprendre la prononciation actuelle. La forme classique de la langue d’oc pour « moins » est mens, issu de mĭnus. Les parlers autour du Lizieux prononcent [ ms ] ou [ mĩs ]. Les textes anciens en langue d'oc donnent souvent « meins » ce qui doit être lu comme menhs (IN pouvant noter NH, comme ILL pouvait noter LH). D’ailleurs, le catalan a toujours menhs écrit « menys », le gascon a mensh avec S chuintant qui ne se produit qu’après une palatale.

A Sainte-Sigolène et dans les environs immédiats, mens/mins est [ mi ] ; l'absence de nasalisation de I indique un processus différent ; une explication possible est la simplification de NS en S à une date ancienne, comme pour conselh > cosselh [ ku'sø ] « conseil », mais sans certitude, on écartera la forme sigolénoise des attestations de E devant N anciennement palatal. Les formes du Lizieux précédemment citées constituent cependant un élément fiable.

Un mot comme centa « enceinte » apporte un autre témoignage. Ce mot n’est plus vivant dans le patois de Sainte-Sigolène, mais on peut supposer qu’il n’a disparu que récemment. On en a une attestation dans le nom toponymique Pont de la centa sur la commune de Grazac et que l’on prononce [ pũ døla’sĩt(ɔ) ]. Ce lieu est nommé ainsi en raison de sa configuration entourée (ceinte) par des falaises. Il est parfois transcrit par erreur « Pont de la sainte ». Ici aussi, S n'est pas chuinté, à la différence de cinc [ ’∫ĩ ] ; ceci signifie que l'articulation I est très récente, d'où le scénario où I serait ici l'aboutissement d'une articulation antérieure Ẹ. L'évolution a d'abord été ücĭncta > tshenhta > senhta. Pour la suite, l’hypothèse que nous pouvons formuler est que la voyelle E devant NH s’est fermée en Ẹ, et que NHT est ensuite devenu NT, ü senhta > sẹnhta > sẹnta. Ẹ se distingue de I en ne palatalisant pas les consonnes, la prononciation ne devient donc pas [ ’∫tɔ ] ; et pour terminer Ẹ devient [ i ] en patois sigolénois à une époque très récente.

On citera également les cas analogues de pintrar « peindre » : üpĭncturare > penhtrar, de pinhar « peigner » (lat. pĕctĭnare), de lenhèir [ li'ɲɛi ] « tas de bois de chauffage » (lat. lĭgnu, c'est à dire lĭnhnu « bois à brûler », ülĭnhnu + arĭu > lenhèir). Le mot lenga/linga « langue » semble se rattacher à cette évolution, dans la mesure où lĭngua avait un N vélaire et donc presque palatal, il est yingạ [ 'jĩg(ɔ)] à Sainte-Sigolène, lhengạ [ 'ʎgå ] ou lhingạ [ 'ʎĩgå ] pour le Lizieux. Il est tout à fait possible que Ẹ ait palatalisé L par exception des autres consonnes, car il semble bien que la palatalisation de L soit plus ancienne que les autres.

Mais nous devons aussi dire que la réalité n'obéit pas totalement au schéma que nous dessinons ici, ainsi cengla « sangle, ceinture » est [ ’slj(ɔ) ] alors que son origine cĭngula laisserait supposer un traitement analogue à lĭngua et donc [ ’sĩlj(ɔ) ]. D'autre part, le L de lenhèir n'est pas palatal contrairement à celui de l(h)enga/l(h)inga.

Même si nous n'avons pas totalement déterminé les conditions du passage de EN à IN, nous pouvons au moins indiquer une règle absolue qui est que E reste E quand il est devant un N qui n'a jamais été palatal: vent, cent, bren, chalendas « Noël », divendres « vendredi », diomenja « dimanche », entamenar, entre, … et que les cas où EN devient IN apparaissent toujours dans un contexte où N était anciennement palatal .

Autres cas

Il y a quelques cas, où sans raison bien identifiée, E et I sont utilisés concurremment pour le même mot. Nous avons déjà cité Santa Segolena [ sta søgu’lønɔ ] et Santa Sigolena [ sta ∫igu’lønɔ ], mais nous pouvons ajouter trefòla [ tʀø'fɔl(ɔ) ] et trifòla [ tʀi'fɔl(ɔ) ] « pomme de terre ».

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016     /     [ Télécharger l'ouvrage ]


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexique occitan du nòrd-èst Velay
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dilús 22 de julhet de 2019
sèt oras manca cinc
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus