Effacement de L

L'article que nous commençons ici va traiter du cas de L de fin de mot ou de fin de syllabe.

L devant une consonne

On appelle vocalisation le changement de nature d’une consonne qui devient voyelle. En roman, quand L était placé devant une consonne, il s'est très souvent vocalisé en U [ u ]. En français, cette vocalisation a probablement commencé avant le 10° siècle, mais ce n’est que très tardivement qu’on a systématisé l’écriture U à la place de L (16° s.). La situation est similaire en occitan, l’écriture de L a été maintenue tardivement. On a cependant des parlers occitans qui n’ont pas réalisé cette vocalisation, ou au moins pas devant toutes les consonnes.

chaud [ tsau ] « chaud », autre [ autʀ(ø) ] « autre », malaute [ ma'laut(ø) ] « malade », mauvirar [ muvi'ʀa ] « mal tourner »

L en fin de mot

Prenons le cas de sal « sel » comme témoin de L en fin de mot. Les parlers occitans ont généralement sal ou sau. La forme sau est le résultat d’une vocalisation de L. Pour les parlers de l’est du Velay, la vocalisation ne s’est pas faite dans ce contexte: sal, mal, Sant Pal, Monistròl, mais la plupart des parlers ayant connu l’amuïssement des consonnes finales (comme en zone arpitane), L en fin de mot n'est plus prononcé. A Sainte-Sigolène, l'effacement est la règle, on a cependant quelques mots qui ne sont connus que sous la forme vocalisée : pau pour pal.

Pour la position proclitique, nous allons prendre le cas de chal « il faut ». Les parlers yssingelais qui conservent les consonnes finales ont une double forme, chal devant une voyelle, chau devant une consonne « chau batalhar, chal estripar »  (Elisabeth Darcissac, Le Chambon-sur-Lignon). A Sainte-Sigolène, on a également un double traitement, mais L n'est pas prononcé, chal est [ tsa ] : te chal enanar [ tøtsaøna'na ] « il faut t'en aller», te chau partir [ tøtsupaʀ'tji ] « il te faut partir ». chal tonique est prononcé [ tsa ] : coma chal [ 'kumɔ tsa ] « comme il faut ». Par contre, les articles contractés au et dau ne connaissent pas de double traitement, il ne sont jamais al, dal (al et del en langue classique)

A noter que mal est prononcé [ ma ] quand il est nom commun, mais quand il est adverbe, il est mau [ mau ]:
me vòlan de mal [ mø’vɔl dø’ma ] « ils me veulent du mal » ou « on me veut du mal »
aquò es pas mau [ kwi pa’mau ] « c’est pas mal »
lo paure èra mau vegu(t) [ lø’pauʀ ’ɛrɔ mau vø’djy ] « le pauvre était mal vu »
marca-mau [ maʀka’mau ] « qui présente mal »
aquau mau-aprés [ aku’mau a’pʀɛi ] « ce mal appris »

Les pluriels connaissent la vocalisation :

fial [ fja ] « fil », fiaus [ fjau ] « fils »

ÒL en fin de mot est devenu ÒU

Nous l’avons déjà dit pour sal, L ne s’est pas vocalisé en fin de mot à Sainte-Sigolène, comme dans toute la partie est du Velay. Pourtant, dòl est devenu dòu prononcé [ dɛu ], et il en est ainsi de tous les mots terminés par ÒL : Monistròl, vòl « il veut »,  eschiròl « écureuil », javanhòl « chat-huant », ... Nous avons vu que [ ɛu ] représente la prononciation de ÒU, nous ne chercherons pas ici à identifier par quel processus s’est opéré ce passage de ÒL à ÒU, nous constaterons qu’il ne concerne qu’une zone géographique limitée à la partie la plus orientale de l’Yssingelais. Les communes limitrophes de Monistrol-sur-Loire et Lapte, ont ÒL > Ò.

Çò que femna vòl, Dieu vòl  « ce que femme veut, Dieu veut »

Insertion d'une voyelle devant L affaibli

Un des aspects de l'affaiblissement de L est qu'il peut y avoir insertion d'une voyelle. Ainsi l'occitan a souvent IL > IAL : abril > abrial « avril », fil > fial « fil », … A Sainte-Sigolène, l'insertion de A se fait après I mais aussi après E et È; L final est ensuite tombé : aprili > abrial [ abʀi'ja ], mĕl > mèl > meal [ mja ] « miel », cĕlu > cèl > ceal [ sja] « ciel », chandeala [ ts'djal(ɔ) ] « chandelle », tèla > teala [ 'tjal(ɔ) ] « toile », mostèla > mosteala [ mu:'tjal(ɔ) ] « belette », gèl > geal « gel » [ dzja ] .

Devant A , les voyelles fermées E et I sont devenues Yz et Y. Yz est maintenant confondu avec Y mais s'en distingue en ne palatalisant pas les consonnes, ainsi ceal est [ sja ] et pas [ ∫ja ], esteala « étoile » est [ øi'tjal(ɔ) ] et pas [ øi'tjjal(ɔ) ].

L'insertion se produit aussi entre U et L, un O est inséré : cul > cuol [ tjjiu ].

L'insertion vocalique se produit entre È et U lorsque ce U est issu de la vocalisation d'une voyelle, que ce soit L ou V, on a donc solèus > soleaus « nausée », be(n)lèu > be(n)leau > be(n)liau « peut-être » (qui est prononcé irrégulièrement [ bjau ] au lieu de [ bøjau ] peut-être sous influence d'autres parlers), neaulas « brouillard ».

Cas de L en fin de mot, issu de LL latin

Nous allons voir ici le cas de L final issu de L double latin en prenant comme exemple caballu devenu chaval, mais ce que nous dirons ici pour caballu s’applique à tout L double.

LL latin avait un timbre palatal, et a connu des évolutions différentes suivant les parlers. Pour ce qui est de l’Yssingelais, il est devenu L simple et a évolué comme celui-ci, c’est à dire qu’il s’est effacé dans la plupart des parlers. Pour ce qui est du Velay ouest, il est resté palatal, chavalh, vedèlh, mais LH s’est ensuite effacé en laissant un Y qui a formé une diphtongue avec la voyelle précédente. En gascon, il est devenu TH: cavath, vedèth.

Cependant, pour nos patois du Velay Est, le traitement de L double n’est pas exactement celui de L simple, dans le cas de « LL », il n’y a pas eu d’insertion de A comme cela s’est produit pour fial, meal, ... On a par exemple pèl [ pe ] « peau » et pas peal (latin pellis), chapèl et pas chapeal, mantèl, vèl, anèl, anhèl, augèl « oiseau », batèl, bèl « grand », chancèl « cercueil », chastèl, … Les pluriels ont cependant L vocalisé: chavaus [ tsavau ] , chapeaus, manteaus [ m'tjau ], veaus [ vjau ], aneaus [ a’njau ], anheaus [ a’ɲau ], augeaus, bateaus, beaus, chanceaus « cercueils », chasteaus, ...

Pour stella, on a esteala; on devrait à priori s’attendre à trouver estela, c’est en fait que LL était devenu L simple dès la fin du latin chaque fois qu’il suivait une voyelle longue. Il a donc été traité comme un L simple en roman.

Rappelons que EA se distingue de IA en ne palatalisant pas la consonne précédente : bateaus [ ba’tjau ] et pas [ ba’tjjau ], aneaus [ a’njau ] et pas [ a’ɲau ].

Ò devant l'ancien LL est devenu OA : ücŏllu > còl > coal [ kwa ] « cou », ümŏlle > mòl > moal [ mwa ] « mie de pain».

Cas de L en fin de mot, issu de LI latin

jalh va nous servir à illustrer un autre cas de L final, celui provenant de LI, bien qu’à Sainte-Sigolène, on dise jalhard et pas jalh, mais jalh est courant dans les environs. L’ancienne forme gallu(m) serait devenue galiu. LI final est ensuite devenu LH en roman. En Yssingelais, on a ainsi jalh prononcé [ dzaʎ ] ou [ dza ] tandis que chaval est prononcé [ tsa’val ] ou [ tsa’va ].

v Les pluriels n’ont pas L vocalisé

Les pluriel de LH ne connaissent pas la vocalisation, contrairement à L : estenalhs « tenails », artelhs « orteils », uèlhs [ e ] « œil »

De la même façon, mĕlius est devenu  mèlhs [ me ] « mieux ».

Cas de L en fin de mot, issu de LH du roman I

v LH du roman I est effacé en fin de mot : üsolĭculu > solelho > (II) solelh > solé [ su'lø ] « soleil », üŏculu > òlho > (II) uèlh > è [ e ] « œil », üparĭcŭlu > parelho > (II) parelh > paré [ pa'ʀø ] « paire », üartĭcŭlu > artelho > (II) artelh > arté [ aʀ'tø ] « orteil »

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexic nòrd Velai-Vivarés
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dijòus 21 de març de 2019
sèt oras manca vint-a-nòu
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus