Palatalisation de C et de G devant A

Nous avons vu que C et G devant E/I étaient devenus TS et DZH, cette évolution ayant commencé en latin populaire. Une partie du domaine roman connaît un peu plus tardivement une seconde vague de palatalisation de C et de G.

Cette seconde palatalisation romane est une sorte de répétition de la première, mais elle ne concerne qu’une aire beaucoup plus limitée. D’autre part, si la première palatalisation avait affecté uniquement CE/GE et CI/GI, celle-ci s’étend également à CA/GA. Ses effets sont surtout constatés sur l’abondant vocabulaire en CA/GA dans la mesure où la palatalisation précédente avait fait disparaitre le vocabulaire en KE et KI. Cependant, à l’époque où démarre cette vague, de nouveaux mots ont été introduits depuis les langues germaniques, comme skilla « clochette, sonnette », skina « dos », ces mots qui n’ont pas connu la première vague sont affectés par la seconde.

Sur le plan géographique, la seconde palatalisation s’étend sur tous les parlers français, mais ne se poursuit pas sur une partie du normand et du picard. Elle concerne également tout le domaine arpitan, ainsi que le nord du domaine occitan dans lequel se positionne l’intégralité du département de la Haute-Loire.


Seconde palatalisation, CA/GA/CI/GI/CE/GE (parler sigolénois)

 

R I

R II

R III

R IV

forme écrite

vacca « vache »

vatha

vatsha

vatsh

vatsạ

vacha

caminu « chemin »

thamino

tshamí

tshamí

tsamí

chamin

gaudire « jouir »

dzhaudzire

dzhaudzir

dzhauvir

dzauví

jauvir

skinna « dos »

esthina

estshina

estshinạ

eitsinạ

eschina

spica « épi »

espiga > espidha > espidzha

espidzha

espiạ

éspyạ > èipyạ

éspia

L’exemple de vacca est couramment cité pour illustrer cette palatalisation. La forme d’origine était vacca [ 'wakka ]. Les consonnes doublées se sont généralement simplifiées en roman, et on a prononcé [ k ] au lieu de [ kk ]. Les parlers sud-occitan on vaca [ ’vakɔ ] ou même [ ’bakɔ ].  La forme vacha est celle des parlers nord-occitans, CH se prononçant [ ts ] ou [ t∫ ]. A Sainte-Sigolène comme en général en Velay, CH est toujours [ ts ]. L’ancien français prononçait [ t∫ ] qui est devenu [ ∫ ] (sauf en Lorrain et Wallon) ce qui est également le cas des parlers du Forez qui semblent avoir subis une poussée de la prononciation française, cette poussée s’arrêtant exactement à la frontière des parlers occitans. Les parlers francoprovençaux ont vachi (issu de vàchie)  qui apparaît dès les premiers parlers arpitans, dès l’est de la commune de Saint-Romain-Lachalm selon R. Dürr.

Le vocabulaire sigolénois qui représente cette palatalisation est bien entendu massif et on ne peut citer que quelques exemples: chamin [ tsami ] « chemin », chausir [ tsuȝi ] « choisir », achabar [ atsa’ba ] « achever, terminer », champ [ ts ] « champ », eschina [ øitsinɔ ] « dos, échine », chalor [ tsaluʀ ] « chaleur », chamba [ ‘tsbɔ ] « jambe », chambra [ ‘tsbʀɔ ] « chambre », chancèl [ ts’se ] « cercueil », chauchar [ tsu’tsa ] « fouler, piétiner », jauvir [ dzu’vi ] « jouir », lònja [ ‘ldzɔ ] « longue », chanton [ ts’tu ] « angle de batîment » ,  peu de mots font exception: escampar [ øik’pa ] « enjamber » « écarter les jambes », descabalar [ døikabala ] « abandonner une exploitation agricole, son matériel et son cheptel » (étymologiquement « se séparer de son capital »), bocar [ bu’ka ] « embrasser », licar [ ji’ka ] « lêcher », acampar [ ak’pa ] « rassembler » (opposé à eschampar [ øits’pa ] « disperser »), ajocar/ajucar [ adzu’ka ]/[ adzy’ka ] « jucher », bolicar [ bujika ] « remuer ». Il faut comprendre ici que ces mots ne sont certainement pas autochtones.

Des mots du patois sigolénois comme quatre, quant « combien », aiga « eau » (lat. aqua, acqua), eissagar « essorer » (lat. ex+aquare) (fr. « esseoer » devenu « essorer », forézien essavar), lèga « lieue » ( leuca > lecua), èga « jument » (lat. equa),  caire « coin » (lat. quadru) n’ont pas été affectés par la palatalisation car ils ont gardé assez longtemps la prononciation [ kw ] ou [ gw ]. Pour ce qui est de aquí « là » ou quitar « quitter », ils étaient également encore en [ kw ] au moment de la seconde palatalisation mais nous verrons qu’ils ont plus tard été affectés par une autre vague de palatalisation.

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016     /     [ Télécharger l'ouvrage ]


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexique occitan du nòrd-èst Velay
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dilús 22 de julhet de 2019
sèis oras e vint-a-uèit
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus