Responsa de la mòrt

Julien Morison, est né en 1930 à Lapte (Haute-Loire). Il fut ingénieur, puis instituteur et directeur d'école. Il est décédé en 1992 à Lapte. Il utilisait le nom de Julien des Mourets.

Ce poème écrit en octobre 1983 faisait suite à un autre où Julien Morison s'adressait à la Mort, texte paru dans "Le Laptois Déchaîné". La mort lui retourne ici sa réponse.

Retranscrit par Didier Grange
-

Mas la mòrt per bailar sa responsa es tornaa
Aub son còrps descharna(t), son visatge sans uèlhs :
Aviá b'liau bian legi(t) "Le Laptois Déchaîné"
Ont parlavo de i-ela aub sa dalha afialaa.

M'a dit: "Petit bavós qu'avança de parlar.
Pensas qu'arribariá si n'existave pas ?
Mon mestièr n'es pas lèive et me l'an impausa(t)
Dempuèi qu'en 'quel bas monde es arriba(t) la viá.

La viá que jorn et nuèit m'empacha de chaumar.
La viá que baila ben, que bròlha a chaque pas
Et qu'a besouin de large per se desvelopar
Sus vòstra tèrra estreita ont devètz mas passar :

Vòstra tèrra parelha a-b aquelos grands boès
Onte la grana abonda et ont tot vòl brolhar.
Mas tronaire, vent et neu abatan los plus bèls
Per permetre aus plus juenes a lhur torn de possar.

Mas sió aquí que vèlhe et quand m'apeitatz pas,
Aus grands quatre elements que s'èran combina(t)s
Per fabricar un còrps que puche portar viá,
De per le vaste monde redòne liberta(t).

Jamès saurètz, de vos, quau deman poirá viure :
Le jòc es coma aquò, n'avètz mas a le sieure,
Si saviatz a l'avança çò que deu arribar,
Plaseir, contentament, cresètz-me, n'auriatz pas.

E puèi vos m'aidatz ben dins mas tachas cruèlas :
Guèrra et fam d'ont bramatz, quau es que las apèla ?
Vos servètz ben de ieu quan volètz bien minjar
En tuant tant de bestial qu'an jamès fait de mal.

I a de monde qu'empaita e per los despaitar,
Quant i n'a qu'a mon nom vosautres fasètz tuar,
En lhurs ama e lhurs còrps bien sovent martira(t)s
A la ponhta dau jorn sans v-o aveir merita(t) !

Vos que tuatz los enfants au ventre de lhur maire,
Que martiratz los autres per èsser riches e fòrts
E sovent qu'entre vos de mal amatz tant faire.
Ò ! sètz ben mau venu(t)s de criticar la mòrt !

Oè, si ieu i èro pas, monde se manjarián
E totjorn los plus gròs petiòts estofarián .
E totjorn los plus fòrts, febles martirarián
Et tant de viás aicí jamès ne chamjarián.

Diá-me ont tant de monde ès Lapte lotjarián
Si se levavan tous, tant que son ès Chamdapa ?
Coma los noririán si revenián en viá ?
E lhurs biens partatja(t)s, coma los trovarián ?

Si anuèit i èro pas, diá-me quant chaumarián ?
D'usinas, de comèrces, quant pòrtas sarrarián ?
Pèiras, flors e prièras, 'quò seriá tot de rèsta.
E n'auriá mèlhs de un que seriá pas de fèsta !"

Auvent aquelas rasons poguèro pas respondre.
Sentió davant la mòrt tot mon coratge fondre
Quand enfin me diguèt : "anuèit te laisse en paix.
Mas tornarai un jorn t'emportar a jamès."

Texte établi à partir des manuscrits de l'auteur,
publié par Yves Gourgaud et Christian Meyer

Ma la mort par beila sa ripounsa i tourna
Ou soun corps dicharna, soun visage sans és:
Aya bïau bian ledgi "Le Laptois Déchaîné"
Oun parlavou de illa ou sa dailha affiala.

M'a ddi: "Petit bavou qu'avança de parla.
Pensa qu'arribaria chi n'existave pas ?
Moun mitier n'i pas leyve et me l'an impousa
Dempey qu'en 'que bas mounde i arriba la via.

La via que jour et ney m'empacha de chouma.
La via que beila be, que brollia a chaque pas
Et qu'a besouin de large par se diveloupa
Chu votra terra itreita oun devez ma passa :

Votra terra parillia a-b-aquellous grands boués
Ounte la grana abounda et ount tout vo brouilla.
Ma trounaïre, vent et niou abattant lou plus bés
Par pèrmettre oux plus djeunis a llu tour de poussar.

Ma chiou atqui que veille et quand m'appeyta pas,
Ou grands quatre ilements que serant combinas
Par fabriqua un corps que puitche pourta via,
De par le vaste mounde redonne lliberta.

Djamais seourè, de vous, quaou demo pouira viure :
Le djoua ei couma aquo, n'avez ma a le siure,
Chi sallia a l'avança sa que diou arribar,
Plasei, countentament, crezé-me, n'ouya pas.

E pei vous m'aida be din mas tachas cruellas :
Guerra et fouan d'oun brama, quou eï que las appella ?
Vous servez be de lliou quand voulez bien mindza
En tuant tant de beitquia qu'ont dzamais fait de ma.

Y a de mound qu'empayta et par lou dipita,
Quand i n'a qu'a moun noum vous autri fasez tua,
En llus amo et lus corps bien souvent martyra
A la pouita d'ou jour sans vou 'vei merita !

Vous que tchua lous efants ou ventre de llu maïre,
Que martchira lous aoutris par esse riches et forts
Et souvent qu'entre vous de ma ama tant faïre.
Oh ! sé be maou vegnus de critiquar la mort !

Ouè, chi lliu y'érou pas, mounde se mangearian
Et toujours lous plus gros petiots itouffarian.
Et toujours lous plus forts, febli martyrarian
Et tant de vias ichi djamais ne changearian.

Dia-me oun tant de mounde é Laptè loudgarian
Chi se levavant tous, tant que soun é Chandappa ?
Couma lou nourririan si revenian en via ?
Et llus biens partadjas, couma lous trouvariant ?

Chi aney y'érou pas, dia-me quand choumarian ?
D'usina, de coumerci, quand portas sarrarian ?
Péÿras, flours et priéras, quo seya tout de rèta.
Et gn'ouya meï de llun que seya pas de fèta !"

Ouven aquellas rasous pouguèrou pas ripoundre.
Sentquiou davant la mort tout moun couradge foundre
Quand enfin me dguigué : "aneï te laïsse en paix.
Ma tournarei un jour t'empourta a djamais."

En italique, les mots français pris tel quel par J. M.


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexic nòrd Velai-Vivarés
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV

sieure
suivre
(forme issue de l'est du français et de l'arpitan, ayant gagné le Forez et en partie l'est du Velay à la place de sègre)

lèive
facile

brolhar
pousser, germer

Champdapa
Lieu du cimetière de Lapte

jamès
On note jamès au lieu de jamai car il s'agit ici de la prononciation française de AI

aub
avec
Il existe localement deux formes: au et aub, le contexte phonétique ne permet pas ici de déterminer laquelle des deux est utilisée, on prend arbitrairement aub

Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dijòus 17 de janvièr de 2019
cinc oras e dos
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus