Consonantification des voyelles

Consonantification des voyelles

Une voyelle devient consonne quand elle est placée devant une voyelle plus ouverte

O > W, Ụ > Ẉ, I > Y, E > YZ > Y

 

R I

R II

R III

R IV

forme écrite

rŏta « roue »

ròda > ròdza

ròdza

ròạ

rwạ

roá

nodare « nouer »

nodzare

nodzar

nar

nwar > nwa

noar

vita « vie »

vida > vidza

vidza

viạ

vyạ

viá

feta
« femelle en gestation »

feda > fedza

fedza

feạ

fyzạ > fyạ

feá
« brebis »

sudĭa « suie »

sudya > sudha > sudzha

sudzha

s

sh

suá

Il y a une exception, mia [ 'mijɔ ] « amie, mie »

EA est devenu YZA dans l’Yssingelais

L'Yssingelais distingue deux variantes de Y, dont l'une est YZ. Cette consonne a été relevée aussi bien par Pierre Nauton que par Théodore De-Felice. Aujourd’hui, à Sainte-Sigolène, YZ s’est confondu avec Y suivant l'évolution EA > YZA > YA, parallèle à IA > YA, c’est-à-dire [ ja ] ou [ jɔ ] suivant que A est intérieur ou final : feá [ fjɔ ] « brebis », beata [ 'bjat(ɔ) ] « béate », meal [ mja ] « miel », mosteala [ mu:'tjal(ɔ) ] « belette », manteaus [ m'tjau ] « manteaux », aneaus [ a'njau ] « anneaux », augeaus [ u'dzjau ] « oiseaux », chapeaus [ tsa'pjau ] « chapeaux », ...

Les consonnes ne sont pas palatalisées devant YZ

Cependant, la confusion entre Y et YZ n’est pas totale, car dans le cas de EA, la consonne qui précède n’est jamais palatalisée; ainsi seá « soie » est prononcé [ sjɔ ] tandis que siá « soit » est prononcé [ ∫jɔ ], ce qui veut dire que YZ distinct de Y a bien existé à Sainte-Sigolène, il n’a pas palatalisé les consonnes, ou il s’agit d’une génération différente de palatalisation.

Autres exemples : La Seauva [ la'sjauv(ɔ) ], ceal [ sja ] « ciel », esteala « étoile », rasteaus « rateaux », ….

EA ne donne pas EYA (mais nous verrons que ÈA donne ÈYA)

Dans notre patois, EA a évolué régulièrement en YZ A~YA : feá, beal « bief », ...  avec des exceptions comme clea qui est devenu clèia [ ’klɛj(ɔ) ] ou cleiá [ kli’jɔ ]. Je pense que dans ce cas, E pouvait difficilement devenir consonne après un groupe comme KL, ce qui donnerait un groupe difficile à articuler, la difficulté de prononciation de ÉA se résout plus facilement par ÈYA ou par EYÁ ( le passage de E à I est ensuite régulier au contact de yod ).

ÈA devient ÈYA

Analysons plus avant l'évolution de EA en prenant maintenant l'exemple du verbe batear « baptiser » qui est employé à Sainte-Sigolène sous la forme bateiar [ bati’ja] .

batear aurait du donner localement [ ba’tja ] au lieu de [ bati’ja ] suivant la règle EA > YA que nous avons postulée ci-dessus. Cependant, je ne pense pas que le cas de bateiar infirme cette règle générale, laquelle est par ailleurs également attestée par UA > A pour suá [ ∫ɥɔ ] « suie », issu de sudia > sudha (suja en Velay-Ouest)

Dans le cas de bateiar sigolénois, on peut imaginer que l’infinitif est reconstitué à partir des formes conjuguées. Le scénario est alors assez facile à expliquer; une forme conjuguée comme batea « il baptise » devient régulièrement batèa (E tonique des conjugaisons est toujours È à Sainte-Sigolène comme nous le verrons dans le chapitre dédié aux conjugaisons), ÈA devient régulièrement ÈIA (voir idèia formé sur le français « idée ») ce qui produit batèia. L’infinitif est alors susceptible d’être refait en bateiar, sur le modèle des formes conjuguées. Pour terminer, rappelons que E au contact de Y est prononcé [ i ] sans palatalisation des consonnes et nous obtenons [ bati’ja ].

Prenons maintenant le cas de neiar [ ni’ja ] « noyer » qui existe dans notre patois concurremment avec near prononcé NYA [ nja ] (near [ nja ] n’est pas nial [ ɲa ]). Indiquons que les relevés linguistiques de l’ALMC à l’est du Velay attestent aussi d’une forme near réalisée NYZA. Si nous admettons ce que nous venons de dire pour bateiar, on peut expliquer les deux formes du patois sigolénois, la forme near est le prolongement directe de near du roman II, tandis que neiar est une reconstitution de l’infinitif sur le modèle des formes conjuguées.

Dans le même registre d’évolutions, nous avons seiar « faucher » issu de secare : seiava [ si’javɔ ] « il/elle fauchait » ; seialhas « fauchaison ». Nous pouvons classer dans la même famille d’évolutions les verbes suivants : tremoleiar « trembloter », neteiar « nettoyer », paleiar « pelleter ». Ces verbes en –EIAR peuvent également être construits par analogie à des verbes français en « -oyer » ; c’est probablement le cas de neteiar dont la prononciation est [ netø’ja ] au lieu de [ nøti’ja ] attendu.

Par contre, nous avons rèia « sillon, raie », issu d’une forme supposée gauloise rĭca, qui ne suit pas l’évolution attendue, reá, mais il faut dire ici que R a tendance à retenir l’articulation des voyelles et à empêcher qu’elles deviennent consonne; donc rea pouvait devenir soit rèia [ʀɛjɔ ], soit reiá [ ʀi’jɔ ], soit reia [ ’ʀijɔ ], seul rèia semble exister/rester. De la même façon, correa est devenu corrèia « courroie » ; et dans les mêmes conditions que nous avons vues pour clea, plea est devenu plèia « pli ».

On citera dans ce chapître le mot très usité en Velay et Vivarais pour dire « chose », veaa , qui est parfois ailleurs veiaa, forme qui est régulière pour les zones arpitanes, mais à Sainte-Sigolène, c’est veaa [ vja ] . Cependant, ce mot est prononcé sous cette forme dans tous le Velay, et il ne suit pas les règles phonétiques de chacun des patois (à noter que chausa est aussi employé à Sainte-Sigolène, mais plus occasionnellement).

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexic nòrd Velai-Vivarés
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dijòus 17 de janvièr de 2019
quatre oras manca vint-a-un
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus