L'accentuation romane

L’accentuation romane

Chaque mot a une voyelle dite accentuée, dont la prononciation est réalisée en latin par une note plus élevée. En roman, l’accent est marqué par l’intensité du flux respiratoire. La voyelle accentuée est tonique, c’est à dire intense, les voyelles non accentuées sont atones. Le passage à un accent d’intensité a produit par la suite des évolutions en cascade qui se sont développés de façon différente suivant les régions.

La voyelle qui est placée après la tonique est dite post-tonique, celles qui sont avant sont dites protoniques ou pré-toniques. La position post-tonique est la plus faible car après l’intensité accordée à la tonique, il y a un relâchement de l’effort.

Sauf exception, les voyelles accentuées en latin resteront toniques en roman. Elles deviendront une sorte de pivot stable, tandis que les voyelles atones pourront disparaître.

Stabilité de la tonique en roman (parler sigolénois)

 

R I

R II

R III

R IV

forme écrite

nĭve « neige »

nebze

neu

neu

neu

neu

lŭpa « louve »

loba

loba

lbạ

lbạ

loba

mŏrdere « mordre »

mòrdre

mòrdre

mòrdre

mòrdre

mòrdre

sŏror « soeur »

sòror

sòr

sòr

sòr

sòr

cōsĕre « coudre »

cózere

cózer

czer

cze

cóser

lĕpore « lièvre »

lèpre > lèbre

lèbre

lèbre

lèbre

lèbre

ĕrat « il était »

èratz

èratz

èra

èrạ

èra

Nous verrons qu'il peut y avoir des cas de déplacements d'accents, dans des conditions que nous essaierons d'éclaircir.

Cas de déplacements de la tonique (parler sigolénois)

 

R I

R II

R III

R IV

forme écrite

vendebat « il vendait »

vendeat > vendeatz

vendiatz

vendia

vendyạ

vendiá

spica « épi »

espidzha

espidzha

espiạ

éspyạ > èipyạ

éspia

pĭcŭla « petite quantité de résine»

pégola

pegòla

pegòlạ

pegòlạ

pegòla « petite boule de résine»

La tradition écrite romane développera l’usage de marquer l’accent par un signe au dessus de la voyelle, comme Í, É, Ò, ...L’écriture occitane dite classique prolonge cet usage, et c’est ce système de notation que j’emploie ici pour représenter la voyelle accentuée dans tous les mots roman.

Règle de notation de l’accentuation

v Le premier rôle du signe d’accentuation est de marquer la voyelle tonique lorsqu’elle n’est pas régulière (avant dernière syllabe pour un mot terminé par une voyelle, dernière syllabe si terminé par une consonne)
v Le second rôle est d’indiquer si la voyelle tonique a un timbre fermé (É, Ó)  ou ouvert ( È, Ò)

 

Position régulière

Position irrégulière

Timbre régulier

loba

cóser, aviá ,aquí

             irrégulier

òme,

parlèssan

En roman, toutes les voyelles atones prennent un timbre fermé. Donc, seules les voyelles toniques connaissent une variante ouverte. Cela permet de donner un double rôle au signe d’accentuation. C’est ce système qui est employé dans l’écriture occitane dite classique. Ce même système est utilisé pour l’espagnol mais limité à représenter la position tonique car il n’y a pas de variantes ouvertes. Le rôle de l’accent dans la tradition écrite française est de marquer les variantes de timbres.

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016

Parler de Sainte-Sigolène

Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Çais sètz benvengut.
Dimècres 19 de decembre de 2018
una ora manca tretze
Acuèlh | Mapa | Letra Marraire | A Prepaus |